La reconstruction des Antilles après la tempête

638 343 root

Si la vie de l’île a aujourd’hui repris son cours, personne n’a oublié le traumatisme du 6 septembre 2017, lorsque l’œil du cyclone avait fait tourbillonner l’îlot paradisiaque. Un ouragan de la taille de la France, au-dessus des 25 kilomètres carrés de Saint-Barth.

Aucune perte humaine, mais des dégâts matériels considérables qui avaient paralysé l’île : habitations éventrées, hôtels dévastés, routes impraticables, réseaux téléphoniques coupés, etc. Irma a causé la mort de onze personnes dans les Antilles françaises et endommagé 95 % du bâti sur les deux îles, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. L’ouragan a détruit près de 80 % des infrastructures et paralysé au passage la plus importante source de revenus : l’industrie touristique.

En Septembre, la tempête Kirk a frappé l’île de la Martinique alors qu’Emmanuel Macron était en déplacement officiel dans les Antilles, pour 4 jours. Le président français s’est rendu, mercredi soir, à la Martinique après le sommet de l’ONU, à New York, et le déplacement est sur son agenda depuis longtemps. Un an tout juste après le passage dévastateur de l’ouragan Irma dans les Antilles, le chef de l’Etat vient faire le point de l’avancée des travaux de reconstruction à Saint-Barthélémy.

L’île n’a toutefois pas encore retrouvé sa superbe, loin de là, alors que près de 1300 des 1600 chambres d’hôtel ont été détruites et que l’immense chantier de la reconstruction commence à peine. Les séquelles du passage de ces ouragans se feront sentir pendant des années. La reconstruction sera très longue et coûtera des milliards de dollars.

L’économie de Saint-Martin dépend largement de l’industrie touristique, responsable de 85 % du produit intérieur brut national, et essentiellement du tourisme nord-américain : 78 % des visiteurs viennent du Mexique, des États-Unis ou du Canada (57 000 Canadiens s’y sont rendus en 2016, en hausse marquée par rapport à 2015, avec 42 000 Canadiens).

L’économie de Saint-Martin est au point mort : environ 8 000 personnes ont subitement quitté l’île après Irma. Aujourd’hui, l’hémorragie continue. Le Saint-Martin que les touristes verront en 2018 et 2019 ne sera plus tout à fait le même qu’avant le passage de l’ouragan Irma. Les normes de construction ont été révisées : les hôtels ne pourront plus aménager de chambres au rez-de-chaussée et devront adopter des plans d’évacuation d’urgence. Les nouvelles résidences privées devront quant à elles être dotées d’une pièce de repli sécurisée en cas de tempête violente.